La descendance mahométane est le recensement des dynasties et des familles qui se réclament ou peuvent se réclamer d'avoir Mahomet dans leur ascendance.

Certains auteurs musulmans nient que Mahomet ait eu une descendance, autre que spirituelle. Mais il existe de nombreuses biographies de Mahomet écrites par des historiens musulmans et non musulmans. La plupart disent que seule sa fille Fatima Az Zahra a laissé deux fils ayant une descendance qui est parfaitement connue. La descendance de Mahomet serait ainsi constituée des Sayyids et des Chérifs, les uns sont descendants d'Al Hussein et les autres d'Al Hassan, tous deux fils de Fatima, fille de Mahomet, et d'Ali, son cousin. Les descendants de ces lignages auraient conservé leur arbre généalogique qui était appris par cœur et transmis de générations en générations.

Les sayyids forment un conseil. Leur liste et leur généalogie est tenue par l'association des Achrâf (des "nobles"). La première association d'Achrâf avait été créée à Koufa en 830, sous le règne des Abbassides, elle a été interdite par Saddam Hussein et recréée après sa chute

Dynasties musulmanes

-Le roi de Jordanie et la dynastie des Hachémites, se réclament descendant de Mahomet, par son gendre Ali1.

-Le roi du Maroc, et la dynastie Chérifienne ou des Alaouides du Maroc (qu'il ne faut pas confondre avec les Alaouites de Syrie), se réclament descendant de Mahomet, par son gendre Ali1.

Lignages sunnites

arbre généalogique des Omeyades

L'ancêtre commun de Mahomet et des Omeyyades est ʿAbd Manāf ibn Quṣayy. Son fils Hāšim est à l'origine du clan des Banū Hāšim auquel appartient le Prophète, et son autre fils ʿAbd Šams est à l'origine de la dynastie des Omeyyades via son fils ʾUmayya. Cependant, plusieurs historiens chiites considèrent que ʾUmayya est un fils adoptif de ʿAbd Šams.

Les Banū Hāšim et les Banū ʾUmayya connaissent une rivalité qui atteint son paroxysme après la bataille de Badr qui voit la mort de grands chefs des Banū ʾUmayya. Lors de la conquête de La Mecque par les musulmans en 630ʾAbū Sufyān ibn Ḥarb, lui-même des Banū ʾUmayya et dirigeant de Qurayš, embrasse l'islam. Avec l'élection de ʿUṯmān ibn ʿAffān en tant que troisième calife, les Banū ʾUmayya reprennent les rênes du pouvoir. Quand ʿUṯmān est assassiné en 656 par des opposants qui portent au pouvoir ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib, cousin et gendre de Mahomet, les Banū ʾUmayya, notamment le gouverneur de Syrie Muʿāwiya, fils de ʾAbū Sufyān, se révoltent. C'est la Première Fitna du jeune État islamique. Lors de la bataille de Ṣiffīn, les deux camps décident d'arrêter les hostilités et de recourir à un arbitrage. Les partisans de ʿAlī qui sont contre l'arbitrage, arguant que ʿAlī est choisi par Dieu pour être calife et qu'il ne doit pas lui désobéir, s'en séparent et deviennent les Kharidjites ; ils assassinent ʿAlī en 661. La même année, Muʿāwiya marche sur Koufa (que ʿAlī avait élue auparavant comme capitale) et convainc ses habitants de le choisir en tant que calife au lieu de Al-Ḥasan, fils de ʿAlī, marquant ainsi la naissance du Califat omeyyade, avec Damas comme capitale.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site