la descendance du prophète mohamed 

Source: dhakhair al 'uqba de tabari. traduit par frédéric bauden.
 Voir le site mohammedia.fr


 La descendance du Prophète Mohammed est constituée des Sayyids et des Chérifs. Les uns sont descendants d'Al Housayn et les autres d'Al Hassan, tous deux fils de Sayyida Fatima Az Zahra, fille du Prophète, et de 'Ali, son cousin. 
Les descendants de ces lignages ont en général conservé leur arbre généalogique qui était même appris par coeur et transmis de générations en générations. 
Beaucoup de personnes ne mesurent pas l'importance de donner du respect aux descendants du Prophète comme étant la manifestation même de l'amour de sa pieuse famille, ainsi qu'il nous l'a demandé. 

Le Prophète a dit : « aimez Dieu pour ce qu’il vous procure comme bienfaits, et aimez-moi pour l’amour de Dieu, et aimez ma famille pour l’amour que vous avez envers-moi. » 
"Le Prophète nous avait adressé un discours. Après avoir loué Dieu, il nous dit : "Je ne suis qu'un être humain, bientôt l'Ange de Dieu m'appellera et je répondrai à l'appel. Mais je vous lègue deux choses grandioses. D'abord, le Livre de Dieu qui vous éclaire la voie, suivez-le et attachez-vous y. Ensuite ma descendance. Je vous rappelle Dieu pour que vous vous attachiez à ma famille". (Muslim d'après Zayd ibn al Arquam) 
Hadith retenu par Ahmad rapporté par Abu Said : Il dit : "je suis sur le point d'être appelé et j'obéirai. Je vous laisse deux choses précieuses : le Livre d'Allah et ma descendance ('itra); le Livre de Dieu est telle une corde tendue du Ciel jusqu'à la Terre et ma descendance est ma famille." 

Il est donc clair que le terme famille utilisé dans les hadith désigne en fait ses descendants. 

Ibn 'Abbas a dit : "Safiyya bint 'Abd el Muttalib perdit un fils qu'elle pleura. L'envoyé de Dieu lui dit : "O tante, tu pleures ? Quiconque perd un enfant en islam possède une demeure au Paradis dans laquelle elle habitera." Lorsqu'elle sortit de chez lui, un homme la rencontra et lui déclara "en vérité, tes liens de proche parenté (qarâba) à Muhammad ne te serviront à rien contre les desseins de Dieu!" Elle se mit à pleurer et l'Envoyé d'Allah , entendant sa voix, et alarmé par cela sortit. Il la respectait, étant bon envers elle et la chérissant. "O tante, tu pleures encore, après ce que je viens juste de te dire." Ce n'est pas la cause de mes pleurs" répondit-elle et elle l'informa de ce que l'homme lui avait dit. Il se courrouça et dit "O Bilâl ! Annonce la prière." celui-ci s'exécuta. Ensuite, le Prophète se leva et loua Dieu et En fit l'éloge. Puis il dit : "Qu'ont à l'esprit des gens qui prétendent qu'être de ma proche parenté ne servira à rien ? Tous les liens de parenté, par alliance et généalogiques, seront désunis au Jour de la Résurrection, excepté les miens. Ma parenté (rahim) est respectée sur Terre et dans l'Au-delà." 'Umar Ibn al Khattab a dit : "j'épousai Oum Koultom à la suite de ce que j'entendis le Prophète dire ce jour là et parce que je désirai qu'il y ait entre lui et moi un lien généalogique et un lien de parenté par alliance." Hadith rapporté par Tabari qu'on retrouve aussi différemment chez Ibn Hanbal (al Musnad) et rapporté par Abu Sa'id al Kudri. 

Jâbir rapporte de même qu'une autre fois, à la suite d'une réflexion semblable, il sortit sans prendre le temps de mettre son manteau, le traînant derrière lui, les pommettes rougeoyantes. Puis il monta sur son minbar, loua Dieu et En fit l'éloge. Il dit enfin : "qui suis-je"? nous répondîmes "tu es l'envoyé de Dieu." "Oui mais encore ?" demanda t-il. Nous dîmes "Tu es Muhammad Ibn 'Abdallah, Ibn 'Ab al Muttalib Ibn Hâshim Ibn 'Abd Manâf." "Je suis", ajouta t-il, "le seigneur de la descendance de Adam, et ce n'est pas une vantardise. Je suis le premier qui secouera la terre de sa tête, et ce n'est pas une vantardise. Je suis le premier qui entrera au Paradis, et ce n'est pas une vantardise. Je serai le porteur de l'étendard de la Louange, et ce n'est pas une vantardise. Je serai dans l'ombre du Tout miséricordieux le jour où il n'y aura pas d'autre ombre que la Sienne, et ce n'est pas une vantardise. A quoi pensent certaines personnes qui prétendent que ma parenté (rahîm) n'est pas utile ? Au contraire, elle sera au point qu'elle atteindra Ha et Hakam (deux tribus du Yémen). En vérité, j'intercéderai. Mon intercession sera agréée si bien que celui pour lequel j'interviens intercédera. Et son intervention sera acceptée au point que Satan se dressera de tout son long dans le désir d'obtenir l'intercession. Dans une autre version rapportée par Ibn Hajar, il dit "certes mon intercession atteindra ma parenté si bien que même Suda Hakam et Silhim (des petites tribus du Yémen) y auront droit" . 
Le Prophète s'est aussi mis en colère contre ceux qui maltraitaient la pieuse fille de Abu Lahab, sous prétexte qu'Allah avait voué son père à l'enfer. Il s'est levé très en colère et a dit "A quoi pensent les gens qui m'offensent dans ma parenté? Quiconque offense mes proches parents, il m'offense et quiconque m'offense, offense Allah." 



On retient de ces hadiths l'obligation d'honorer la parenté proche par les oncles ou tantes ou la descendance du Prophète dans un même mouvement d'amour que celui qui va au Prophète , et que la famille du Prophète profitera pleinement de son intercession et même intercédera pour ceux qui l'ont honorée. C'est un point très important. 
Néanmoins le Prophète , dans le souci que ces privilèges ne créent pas d'abus ni d'injustice n'a cessé de dire à sa famille "O banu 'abd al Muttalib, je ne vous servirai à rien contre les desseins de Dieu" ou encore "sauvez vos âmes du feu, car je ne pourrai rien pour vous contre les desseins de Dieu" (Muslim) 
Il n'y pas de contradiction, mais plutôt une immense sagesse qui d'une part invite les membres honorés de sa famille à ne pas se reposer sur les honneurs liés à cette parenté pour se laisser aller ni pour être injuste et qui invite les croyants à les aimer et à les honorer d'autre part. On ne peut pas faire plus équilibré comme approche. En d'autres termes, le privilège de la parenté avec le Prophète ne saurait être fondé sur une injustice. 
De plus, nous devons considérer l'immense bénédiction de son lignage pur qui n'a jamais connu d'idolâtres et qui a été choyé dès l'origine par Allah quant à la noblesse et la pureté. 
Le Prophète a dit : "Allah m'a placé dans la meilleure famille dont le lignage est le plus parfait". 
Parmi les fils d’Ibrahim, Allah a choisi Isma’il, et parmi les fils d’Isma’il, Banu Kinânah, des fils de Bânu Kinânah, les Qurashites, des Qurashites, Bânu Hashim, et des Bânu Hashim, Allah m’a choisi." 
Aysha a dit que l'Envoyé de Dieu a dit : "Jibril alayhi as salam a dit "j'ai retourné la Terre d'Est en Ouest et je n'ai pas vu de meilleur homme que Muhammad. J'ai retrouné la terre du levant au couchant et je n'ai pas vu de meilleure tribu que les Banû Hâshim." 

Si avant l’avènement du Prophète , son lignage était donc béni et exceptionnel, qu'en serait-il donc après son arrivée. Ne bénéficierait-il pas de la bénédiction du Prophète et de son invocation ? Sans compter l'obligation que nous avons de prier sur sa famille dans notre salat pour que celle-ci soit agréée. (du moins selon le rite shafiite et selon les paroles de certains compagnons tels que Jâbir). 

Ibn 'Abbas a rapporté que l'Envoyé d'Allah a dit : '"O Banu Abd al Muttalib, j'ai demandé à Dieu pour vous trois choses : qu'il vous rende munificents, valeureux et compatissants"' 
Dans une version rapportée par Jâbir, il ajoute "Quand bien même un homme alignerait ses pieds, prierait et rencontrerait Allah tout en haïssant les membres de cette famille, il entrerait en enfer". 
On demanda à Zayd Ibn Arqam qui venait de rapporter le célèbre hadith : "je vous laisse deux choses précieuses: le livre de Dieu et ma famille " (dans une version c'est dit "ma descendance". Qui est sa famille, ses femmes ne sont elles pas de sa famille ? Certes, répondit Zayd mais ici sa famille est ceux auxquel l'aumône est prohibée (sadaqa) après sa mort. Ce sont le lignage (les descendants) de 'Ali, Ja'far, 'Aqil et al 'Abbas.

'Umar Ibn al Khattab rapporte que le Prophète a dit : "dans chaque génération de ma communauté, des justes issus de ma famille banniront de cette religion l'altération des fanatiques, la profession des imposteurs et l'interprétation des ignorants. Vos guides ne sont-ils pas vos émisaires auprès d'Allah ? Soyez donc attentifs à ceux que vous déléguez." 



D'après 'abdel 'Aziz, le Prophète a dit : "ma famille et moi sommes [tel] un arbre au Paradis dont les branches sont en ce bas monde. Quiconque agrippera à nous, il empruntera un chemin vers son Seigneur." 



Ibn 'Abbas rapporte qu'il a dit en parlant de sa famille "seul un croyant pieux nous aime, seul un hypocrite misérable nous hait". 

'Alî a dit : "L'envoyé d'Allah a dit : "Le jour de la Résurrection, je serai un intercesseur pour quatre personnes : celle qui honore mes descendants, celle qui satisfait leurs besoins, celle qui s'applique à exécuter leurs ordres au moment où ils l'y contraignent et celle qui les chérit dans son cœur et en paroles" 
Le Prophète a dit, ainsi que cela a été rapporté par 'Ali , "Quiconque aura traité un membre de ma famille avec bonté, je l'en récompenserai le Jour de la Résurrection."

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×